Revenir

Fernando Pessoa et le Cinéma

November 8, 2018 6:32 pm

L’œuvre de Pessoa est un rêve, un théâtre d’hétéronymes, ou un « drame chez les gens », comme il l’appelait. Il est possible dire que tout cela a quelque chose de cinématographique, étant donné la prédominance de l’imagination dans l’écriture de Pessoa. Le septième art n’est donc pas resté indifférent au génie portugais, ni lui à celui-là. Cela en vaut la peine d’en savoir plus sur Fernando Pessoa et les arts cinématographiques.

Films sur Pessoa

Sans prétendre épuiser le sujet, nous soulignons ici quelques films, deux d’entre eux marquants, les deux de João Botelho : Conversa acabada (1981) et Filme do Desassossego (2010). Le premier représente l’amitié entre les jeunes poètes Fernando Pessoa et Mário de Sá-Carneiro, compagnons d’âme du modernisme portugais. Le suicide de Sá-Carneiro (1916) a été un événement traumatisant pour Pessoa qui, en 1934, a consacré un poème à son regretté « meilleur ami ». Parmi les protagonistes et les voix du film, plusieurs personnalités de la culture portugaise y figurent, comme le poète António Barahona, le réalisateur Manoel de Oliveira et le professeur inspiré de Pessoa, Fernando Cabral Martins (dans le rôle de Pessoa). Quant au Filme do Desassossego, il s’agit d’une interprétation du Livro do Desassossego, le plus célèbre ouvrage en prose de Pessoa, qu’il a livré dans la dernière phase de son écriture, sous le semi-hétéronyme Bernardo Soares, interprété ici par Cláudio da Silva. Placé dans le cadre de la ville de Lisbonne du XXIème siècle, le Filme fonctionne à l’intersection entre le rêve et la réalité, typique du Livro. La musique joue un rôle important, y compris par la présence de chanteurs de fado tels que Carminho et Ricardo Ribeiro.

 

Toujours en ce qui concerne les longs métrages, Ophiussa – Uma cidade de Fernando Pessoa est sorti en 2011, de Fernando Carrilho, périple d’un poète à travers Lisbonne, évoquant ainsi le nom que les Grecs de l’époque ancienne donnaient à l’océan ibérique, Ophiussa, “Terre des serpents”. Titre intrigant.

En ce qui concerne les documentaires, nous signalons également Mistérios de Lisboa (2009), par José Fonseca e Costa, basé sur Lisbon: what the tourist should see, texte attribué à l’orthonyme. Nous mentionnons également deux films : Lisbon Revisited d’Edgar Pêra(2014), un parcours onirique et transhumain à travers les poèmes et la ville de Pessoa, dont le titre rend hommage à deux de ses poèmes ; La gentilezza de tocco (1987), du réalisateur italien Francesco Calogero, également inspiré par Desassossego.

En ce qui concerne les courts métrages, dans cet aperçu de Fernando Pessoa et du cinéma, nous en soulignons trois, parmi d’autres : Dia triunfal (2014) de Rita Nunes, une relecture très originale de la « genèse des hétéronymes » ; Eu, Fernando Pessoa (2013), avec des illustrations de l’artiste brésilien Eloar Guazzelli; Como Fernando Pessoa salvou Portugal (2018) du réalisateur français Eugène Green, qui ironise sur des thèmes politiques et culturels portugais, réinterprétant l’événement par lequel Pessoa, dans les années 1920, a proposé un slogan publicitaire de Coca-Cola. Il s’agit, dans les deux derniers cas, d’artistes étrangers, témoins de l’universalisation de Fernando Pessoa par les arts du cinéma.

Fernando Pessoa et le cinéma : Scénarios pour films

Après 1917 et dans les années 1920, Pessoa a écrit des Scénarios pour films, encore à l’époque des films muets, qui sont restés incomplets, inédits à l’époque de sa mort. Publiés en 2011 par Ática, édités par Patricio Ferrari et Claudia J. Fischer, ils sont principalement écrits en anglais. Les deux chercheurs ont déclaré, lors d’une interview au Jornal de Notícias : « Ce sont des “thrillers”, […] ils rappellent un peu les comédies de situation, ce sont toujours des plaisanteries sur les échanges d’identité », ce qui est assez représentatif de Pessoa. Parmi d’autres projets, Pessoa avait l’intention de lancer une société de production cinématographique, « Ecce Film », à Rua de São Bento, dans la même zone où il avait vécu pendant son adolescence. À partir de ces brèves informations, il est clair que les Scénarios pour films constituent une facette importante et très intéressante, encore peu connue, pour redécouvrir la relation entre Fernando Pessoa et le cinéma.

Fabrizio Boscaglia

Revenir